Monya Mathieu

 

Dans un sous-sol de Saint-Éphrem-de-Beauce, Monya s’invente des spectacles dont elle est la vedette! Elle apprend par cœur les chansons d’Elvis, Olivia Newton-John, Janis Joplin bref, tout album ayant une « pochette avec les paroles » (critère décisif à l’achat d’un disque!!). Elle n’a que trois ans et déjà elle sait que c’est ça qu’elle veut faire quand elle sera grande : chanteuse!

De 7 à 16 ans, elle suit des cours de piano classique durant lesquels elle apprend à lire, écrire et comprendre la musique. Elle chante également dans la chorale de l’église, crée des spectacles de danse et de chant à l’école, participe à quelques concours amateurs de la région, souffle quelques airs à l’harmonica et gratte la guitare de temps à autre.

De Monya à COLORADO

En 1990, sa rencontre avec Sylvain Mailloux (guitariste) permet à Monya de faire de la musique, son métier. Avec leur groupe Colorado, Monya fait la tournée des bars de la province, interprétant les succès rock et pop, anciens et nouveaux. Elle commence aussi à créer ses propres chansons.

De plus en plus, on la reconnaît par sa voix chaude et colorée, tantôt douce, tantôt puissante, par ses pas de danse tantôt langoureux, tantôt endiablés. Tout cela avec un charisme et une énergie exceptionnels remarqués par les fans de plus en plus nombreux.En 1992, elle est finaliste au Festival en Chansons de Petitie-Vallée où elle termine bonne deuxième. Elle y retourne l’année suivante et rafle alors le prix du public. En novembre 1993, Colorado produit un premier album comprenant dix compositions. La même année, le groupe est sélectionné pour la finale du CONGA (Concours de Groupes Amateurs) de l’Université Laval qui se déroulait au Théâtre Capitole de Québec.

 Colorado était aussi reconnu pour ses interprétations de Janis Joplin. Il ne pouvait donc passer à côté du Woodstock en Beauce, édition 1996, où il a présenté son spectacle-hommage à cette chanteuse qui a fait connaître Bobby McGee. Un spectacle magique qui fut grandement apprécié!

 

De Colorado à GODIVA

Le 20 mai 1997, au Foyer du Capitole de Québec, Monya et Sylvain ont lancé un nouvel album de 14 titres accompagné d’un CD-Rom promotionnel. Monya décide alors d’emprunter le nom légendaire de Godiva pour présenter ses créations originales.Au mois d’août 1997, près de 10 000 personnes ont vu et entendu Godiva lors du Festival de la Relève de Thetford. L’été suivant, Monya était de retour au Woodstock en Beauce afin de présenter Godiva. On l’a aussi vue sur la scène du kiosque Edwin-Bélanger dans le cadre des Amis des Plaines ainsi qu’à Place d’Youville pour les Découvertes… chansons francophones 1998, dont elle était porte-parole.En 1999, pour la fête de la St-Jean-Baptiste, Godiva faisait la première partie de Dan Bigras à St-Léonard-de-Portneuf et le 23 juillet, elle retournait à Place d’Youville dans le cadre de l’Estival JuniArt.

 

De Godiva à MONYA

Fin 1999, Monya quitte Godiva et reprend son identité. En janvier 2000, elle est choisie par le Charlie Price Band pour remplacer Sébastien Plante qui lui, partait afin de se consacrer à sa carrière avec Les Respectables. Monya & Charlie Price Band interprètait un large répertoire rock et pop, des années ‘50 à ‘90. On pouvait d’ailleurs les voir tous les jeudis au Charlotte, sur la Grande-Allée de Québec, jusqu’en 2006.

Elle chanta aussi comme pigiste dans différents groupes tel All Night Long, L’Ensemble François Moisan et Indigo. Elle prête sa voix à des publicités radiophoniqus (jingle) et est engagée comme choriste lors d’enregistrement d’albums (Michel Roy, Jean-Pierre Cyr, Antoine X).

La diversité; des PROJETS qui prennent vie!

Monya Jazz

C’est au printemps 2001 que Monya ajoute une nouvelle corde à son arc; ayant fait du jazz-vocal à l’Université Laval et appris plusieurs standards durant les cours de chant, elle décide de présenter un spectacle jazz-pop. Après un démo appréciable et quelques démarches, l’histoire de Monya Jazz débute à l’Emprise du Clarendon en juin 2001. Depuis, elle se produit dans divers événements tel cocktail, congrès, souper-ambiance et quelques bars-spectacles. En avril 2004, Monya Jazz présente, en quartet, son premier spectacle en salle à Roberval. Une expérience inoubliable qui se répète ici et là!

 

Nouvelles compositions

Depuis 2001, Monya prête sa voix aux compositions de Julie Brindamour, Daniel Auger et Richard Domm. Ces chansons, majoritairement en anglais, vont comme un gant à l’interprète qui aime bien ce style rock-pop teinté de country.

 

« U can dance »

Au printemps 2005, Monya s’allie de nouveau à Sylvain Mailloux ainsi qu’à Christine Mercier afin de créer un spectacle danse et musique des plus grands succès disco, dance et hip hop de notre époque! Deux chanteuses exceptionnelles, trois danseuses, chorégraphies et costumes. Un groupe de musicien talentueux les accompagne sur scène. Un spectacle que l’on apprécie tant pour le visuel que pour la qualité musicale.

« Mademoiselle Mew »

En 2006, un besoin de Rock se fait sentir chez le groupe; et voilà Mademoiselle Mew! Un hommage au Glamour Rock et Rock Classique avec projection vidéo et costumes. Trois musiciens qui ont du mordant et deux chanteuses au charme tout à fait félin font revivre le véritable esprit du Rock.

« Élixir »

Parfois en duo, trio ou en band, tous les succès des années ’60 à aujourd’hui; de tout pour tous les goûts.

Ce long parcours ne fait que confirmer ce que tout l’monde sait sur Monya :

Sa vie, c’est la scène, la création,… la musique!